Trouver un artisan sérieux : comment s’assurer de son professionnalisme ?

Plusieurs informations vous sont essentielles.

Avant même de demander un devis ou un rendez-vous, il est primordial de s’assurer que le destinataire de la requête est un professionnel. C’est la première précaution à prendre.  

Pour rappel, un devis est un document qui détaille les travaux à effectuer et le coût de ceux-ci. Certaines informations doivent impérativement apparaître dans le document pour que le devis soit valable.

Parmi ces informations, on retrouve notamment : 

  • La date du devis
  • La durée de validité de l’offre
  • Le nom
  • La raison sociale
  • L’adresse de l’entreprise

Vous pouvez consulter toutes les obligations qui entourent l’élaboration d’un devis en vous rendant sur la page du site du service public. Dans la mesure où, en France, chaque professionnel doit déclarer son activité, l’absence de statut officiel doit tout de suite vous faire renoncer à poursuivre les échanges avec l’interlocuteur en question.

Découvrez ici comment investir dans l’ancien et faire des travaux.

1. Choisir un artisan : le premier document à vérifier

L’élément à avoir en sa possession pour vérifier l’existence de l’entité professionnelle est le numéro SIREN.

Le Système d’Identification du Répertoire des Entreprises est un code INSEE unique et invariable délivré à chaque entreprise, organisme ou association au moment de sa création. Plusieurs moyens fiables permettent à tout le monde d’obtenir le numéro SIREN d’une entreprise. 

Parmi ces moyens, le porteur de projet peut demander un extrait Kbis à son interlocuteur ou encore un avis de situation via le répertoire SIRENE. Cette dernière démarche peut se faire en ligne, via le site : 

https://avis-situation-sirene.insee.fr/.

2. Les autres pièces à demander avant de choisir un artisan du bâtiment

Comment vérifier le statut professionnel d'un artisan ?
Evaluez le professionnalisme d’un sous-traitant

Pour travailler légalement, certains professionnels doivent répondre à d’autres obligations. Malheureusement, les formalités à remplir dépendent du métier concerné par la requête. Il n’existe pas de liste exhaustive permettant de consulter les obligations légales de chaque profession. Voyons plutôt quelques exemples.

  • Un agent immobilier qui réalise des cessions de biens doit être titulaire d’une carte professionnelle dite de transactions, aussi appelée la carte T, qui est délivrée par la préfecture. Pour l’obtenir, l’agent immobilier doit justifier par le biais de documents qu’il détient un diplôme ou encore qu’il a souscrit à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RCP). Il doit souscrire à une garantie financière s’il détient des fonds pour le compte de ses clients.

Il faut respecter des obligations pour être reconnu comme artisan. Pour obtenir ce statut,le professionnel doit notamment être en possession d’un CAP ou d’un BEP et d’un titreéquivalent homologué au Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) et doit justifier d’une expérience de 3 ans dans l’artisanat, ou bien doit disposer d’un certificat ou d’une attestation de capacité professionnelle.

En amont de chaque prise de contact, le porteur de projet a vraiment intérêt à se renseigner sur les conditions nécessaires à respecter par la profession concernée. De plus, c’est un excellent moyen de commencer à évaluer le sérieux et le professionnalisme d’un interlocuteur. Cependant, d’autres éléments permettent d’emmagasiner des informations supplémentaires et utiles.

Découvrez ici les assurances travaux.