Choisir mon artisan : comment vérifier ses certifications avant les travaux ?

Faites votre enquête.

Même si vérifier l’existence du statut professionnel est essentiel, ce contrôle ne suffira pas à faire émerger le spécialiste idéal pour votre projet immobilier. Lors des différents échanges, le client peut profiter du temps mis à sa disposition pour effectuer d’autres vérifications. Deux éléments peuvent attester du professionnalisme d’un prestataire.

1. Choisir mon artisan : est-il membre d’une fédération ?

En travaillant avec un professionnel membre d’une fédération pour faire mes travaux, le client s’assure que son interlocuteur répond à des critères prédéterminés par un organisme tiers et donc qu’un contrôle de savoir-faire a été effectué.

Pour rappel, une fédération est un regroupement de plusieurs  sociétés, syndicats ou associations placés sous une autorité commune.
La transparence d’un interlocuteur qui fait le choix d’être contrôlé par une fédération est un élément à prendre en compte au moment de choisir un prestataire.

En effet, ce dernier se soumet délibérément à l’inspection parce qu’il souhaite être reconnu comme un expert dans son domaine. De plus, il est très facile de vérifier la véracité des déclarations du professionnel via le site internet de la fédération ou en contactant directement cette dernière.

Si le porteur de projet ne souhaite travailler qu’avec des membres d’une fédération, il peut demander des justificatifs à ses interlocuteurs ou consulter l’annuaire des membres de l’organisation.

Découvrez aussi ici les assurances travaux.

2. Mon artisan est-il certifié ?

Au même titre que le paragraphe précédent, un professionnel qui possède une certification part avec une longueur d’avance sur ses concurrents. Une certification est une attestation délivrée par un organisme indépendant qui prouve la conformité d’une entreprise ou d’un produit à des normes spécifiques.

Attention, plusieurs types de certifications existent. Dans notre cas, deux nous intéressent particulièrement.

  • La certification de compétences est la plus importante. Elle atteste du savoir-faire d’un professionnel. Pour l’obtenir, le prestataire doit correspondre à des critères jugés nécessaires par l’organisme.
  • La certification de services est aussi un bon indicateur pour évaluer le professionnalisme d’un prestataire. Cette dernière a pour objectif de garantir le respect des engagements qu’un professionnel prend vis-à-vis de ses clients. Concrets, exigeants et perceptibles, les critères concernent la qualité de la prestation : accueil de la clientèle, savoir-faire des collaborateurs, délais, etc.

IMPORTANT : l’identité de l’organisme elle-même joue un rôle déterminant dans la confiance à accorder aux certifications. En France, de nombreux certificateurs fiables existent.

Par exemple, les organismes DEKRA et AFNOR sont reconnus comme des références dans leur secteur. Vous pouvez aisément vérifier l’authenticité des déclarations d’un professionnel : il suffit de contacter l’organisme qui a délivré la certification.Si vous ne souhaitez échanger qu’avec des prestataires certifiés, vous pouvez consulter l’annuaire des certificateurs.

3. Le titre d’Artisan

Comment vérifier les certifications d'un professionnel du batiment ?
Les documents et pièces à contrôler lorsque l’on réalise des travaux

Les Artisans, qui dépendent de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat, doivent répondre à certains critères pour obtenir ce titre.

Cette qualification est encadrée « par la loi 96-603 du 5 juillet 1996, relative au développement et à la promotion du commerce et de l’artisanat, le décret 98.247 du 2 avril 1998, modifié par le décret 2006.80 du 25 janvier 2006, relatifs à la qualification artisanale et au Répertoire des Métiers, et l’arrêté du 12 décembre 2003 ».

Tout d’abord, l’individu et chef d’entreprise doit être immatriculé au répertoire des métiers. Il doit ensuite prouver qu’il détient au moins une de ces qualifications :

  • CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) ;
  • BEP (Brevet d’Études Professionnelles) ;
  • Titre homologué dans le métier exercé ;
  • Attestation d’immatriculation des trois années dans le métier.

Pour attester de tout cela, le professionnel doit effectuer une demande par courrier incluant les justificatifs auprès du Répertoire des Métiers.

4. Le Maître Artisan

Plus grande qualification de l’artisanat, le titre de Maître Artisan est accordé par le président de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat ou par la Commission régionale des suites d’une demande auprès de ce même président.

Pour prétendre au titre de Maître Artisan, l’individu et chef d’entreprise doit justifier soit :

  • d’un brevet de maîtrise dans le métier exercé et 2 ans de pratique professionnelle ;
  • d’un diplôme de niveau au moins équivalent au brevet de maîtrise dans le métier exercé après 2 ans de pratique professionnelle et connaissances en gestion psychopédagogique, équivalentes à celles des modules du brevet de maîtrise ;
  • d’un justificatif d’inscription au répertoire des métiers depuis au moins 10 ans et d’un savoir-faire reconnu au titre de la promotion de l’artisanat ou de la participation aux actions de formation.