Acquérir un bien immobilier : comment bien préparer son projet ?

6 étapes à suivre.

L’estimation d’un bien immobilier peut avoir pour fonction de vous éclairer sur son prix de vente, que vous désiriez devenir propriétaire ou bien vendre votre bien. On estime que les coûts annexes peuvent monter jusqu’à 8 % du prix total du logement. D’où l’importance de bien cerner les dépenses à engager dans l’opération d’achat immobilier.

Lors de l’achat

Les frais de notaire : Le décret du 17 février 2011 porte fixation du tarif des notaires. Ce dernier est progressif. Pour un bien immobilier ancien, le notaire percevra environ 8 % d’émoluments. Pour un bien neuf, les émoluments s’élèvent à un taux de 3 % environ.

Par exemple, pour un appartement ancien valant 350 000 € (montant net vendeur) situé à Paris, comprenant 3 pièces sur une surface totale de 60m2, les frais de notaire à la charge de l’acquéreur seront de 28 000 € environ.

Après l’achat

  • Les frais liés au déménagement :

Si vous faites appel à une société de déménagement, comptez environ 2000 € pour un appartement de 60 m2. Tout dépendra du volume de meubles, de leur valeur et fragilité.

  • Les frais liés aux charges :

Enfin, vous devrez vous acquitter de plusieurs taxes : taxe foncière, taxe d’habitation et taxe d’enlèvement des ordures ménagères entres autres. Ces frais sont variables.

1. Définissez votre zone de recherche avant d’investir dans un bien

Bien qualifier les profils de locataire pour votre bien ?
Plutôt centre-ville ?

Lorsque vous souhaitez faire l’acquisition d’un bien immobilier, l’un des premiers éléments à considérer est la zone de recherche. En effet, demandez-vous à quel(s) endroit(s) vous souhaitez vivre.

Plus dans le centre ou en périphérie ?

A proximité de quels points d’intérêt ? La délimitation d’une zone vous permettra de faire un premier tri parmi les biens disponibles et de trouver celui qui vous conviendra le mieux.

2. Investir dans un bien immobilier : définissez votre budget

Avant de pouvoir faire l’acquisition d’un bien, il convient de se fixer un budget en faisant notamment le point avec sa banque sur sa capacité d’endettement.

Quel budget êtes-vous prêt à allouer à cet achat immobilier ?

En partant de votre propre budget, vous pourrez faire le tri afin de trouver le bien le plus adapté pour vous.

3. Définissez les critères indispensables pour votre nouveau logement

Un des éléments majeurs à prendre en considération lorsque vous souhaitez acquérir un bien est sans nul doute ses caractéristiques principales.

Que vous soyez célibataire, en couple, avec ou sans enfant, vos besoins seront différents. Ainsi, les principales questions que vous pouvez vous poser sont :

  • De combien de chambres mon logement doit-il être doté ?
  • Est-ce que je préfère résider dans un appartement ou bien une maison ?
  • Quels sont mes préférences en termes de volume / dimensions ?

4. Prévoyez du temps pour aller visiter les biens proposés

Pourquoi faire appel à un agent immobilier pour estimer son bien ?
Étudiez tout lors de vos visites !

Afin de pouvoir trouver le logement qui vous convient, il est important de prendre du temps pour visiter les biens proposés.

En visitant les logements, vous pourrez en effet vous faire une idée claire et précise de ce qui vous convient et de ce qui ne vous convient pas.

Vous pourrez poser des questions et obtenir des renseignements importants sur les biens. Vous pourrez ainsi affiner votre recherche.

Découvrez ici ce qu’est le pierre papier.

5. Le compromis de vente

Un compromis de vente est un document juridique officiel qui engage vendeur et acquéreur dans le cadre de la vente d’un bien. Il ne doit pas être confondu avec l’acte authentique d’achat.

Si ce dernier ne peut être réalisé sans l’intervention d’un notaire, ce n’est pas le cas du compromis de vente. En effet, pour la rédaction de ce compromis, vous pouvez soit faire appel à un agent immobilier, soit à un notaire.

A noter : le compromis de vente engage l’acquéreur !

Cependant, il dispose d’un droit légal de rétractation d’une durée de 10 jours. Durant cette période, il pourra décider de renoncer à son acte d’achat sans avoir à fournir de justificatif. Dans le compromis de vente, plusieurs autres clauses suspensives peuvent être prévues. Il peut également disposer d’une condition suspensive d’obtention de crédit.

Le logement est aussi subordonné à des conditions suspensives d’urbanisme délivré par la mairie. Le dossier d’urbanisme est très important puisqu’il permet de renseigner sur les servitudes administratives pouvant exister.

Si le délai de rétractation de 10 jours est révolu, que toutes les conditions suspensives sont levées et qu’il ne désire plus acheter le bien, alors, il sera tenu au paiement d’une compensation financière de 10% de la valeur du bien.

6. Prévoyez des frais après votre achat

L’achat immobilier n’est pas la seule source de dépenses. En effet, après votre achat, vous devrez payer d’autres frais, comme ceux du déménagement. Ces frais sont donc à prendre en compte dans la fixation de votre budget total.

Découvrez ici ce qu’est le cash flow positif et l’investissement grâce au déficit foncier.

Plus de lecture

Plus >